Partir à la découverte des Danis, un peuple de Papouasie en voie d’extinction

Les derniers Dani de Papouasie

Fin des années 1930, la plupart des membres du peuple Dani vivaient dans des conditions similaires à l’âge de pierre et certains pratiquaient même encore le cannibalisme. Au cours des dernières décennies, les autorités ont adopté des lois obligeant les Dani à abandonner leurs traditions et leur culture. Aujourd’hui, certains Dani portent encore des étuis péniens (le koteka).

La tribu Dani peuple la vallée de Baliem en Papouasie, une province de l’Indonésie. Ils sont entrés en contact avec la civilisation moderne seulement en 1938, lorsque le zoologiste américain Richard Archbold a découvert la vallée de Baliem lors de son expédition en Nouvelle-Guinée. À cette époque, les Dani vivaient encore comme à l’âge de pierre et beaucoup pratiquaient le cannibalisme.

 

peuple dani papouasie

Peuple Dani en Papouasie

 

La colonisation : perte d’identité, de culture et de traditions

Lorsque l’Indonésie a annexé la Papouasie occidentale en 1969, une politique de colonisation intensive de la région par des habitants d’autres régions du pays a été menée et des tentatives ont été faites pour forcer les habitants à abandonner leurs traditions et leur culture.

Dans les années 1971-1972, les autorités indonésiennes ont mis en œuvre l’opération Koteka pour forcer les habitants à cesser d’utiliser les étuis péniens propres à leur culture. Au départ, l’opération n’a pas été couronnée de succès car les Papous n’avaient ni vêtements de rechange ni savon et les vêtements non lavés causaient des maladies de la peau.

Cependant, avec d’une part les marchandises indonésiennes et chinoises bon marché qui ont inondé la région et d’autre part les interdictions de porter des vêtements traditionnels dans les lieux officiels et les centres éducatifs, de moins en moins de Dani ont gardé leurs coutumes et traditions.

 

vallée de Belliem en Papouasie

Vallée de Baliem en Indonésie

 

Développement du tourisme et sauvegarde du patrimoine culturel

Maintenant, vous ne trouverez des gens vivant dans le vieux style Dani que dans les villages traditionnels, près de Wamena par exemple ou dans la capitale de la vallée de Baliem. Une façon pour eux de garder leur culture et tradition et de capitaliser sur le tourisme par le biais de vente d’objets fait main de manière traditionnelle.

Dans d’autres villages Dani non touchés par le tourisme, il ne reste plus beaucoup de gens qui continuent à vivre selon les coutumes traditionnelles avec cependant quelques exceptions comme la musique moderne par le biais de la radio ou l’utilisation de mobiles. Beaucoup de ces «derniers Dani» ont plus de 70 ans.

La plupart des Dani soutiennent « Organisasi Papouasie Merdeka » (le Mouvement de Papouasie Libre) et blâment les Indonésiens d’avoir occupé la vallée de Baliem et causé la perte de leurs coutumes ancestrales et leurs traditions.

 

 

Leave a Reply